Category Archives for Maison

Rénover sa façade : les différentes étapes importantes

Avec les années, votre façade prend de l’âge, et les défauts commencent par se faire voir. Il est donc temps de penser à sa rénovation. Cette opération inquiète de nombreuses personnes puisqu’il ne s’agit pas seulement de quelques coups de peinture. Il existe en effet de nombreuses cases à cocher pour accomplir cette tâche. Il faudra donc identifier les dégâts, trouver le traitement adéquat ou encore passer une nouvelle peinture. Tour d’horizon des étapes principales dans le processus de rénovation de votre façade !

Première étape : détecter les dégâts présents sur le mur

La rénovation d’une façade ne se limite pas seulement au passage de plusieurs couches de peinture. Elle consiste à traiter le mur en profondeur pour lui permettre de faire face aux intempéries durant de longues années. Il est donc important d’identifier les défauts qu’il contient.

  • Éliminer le farinage

Pour vérifier cet aspect du mur, il vous suffit d’y passer la main et de vérifier ensuite si elle a emporté de la poussière. Si ce cas est avéré, il s’agit d’une défaillance du revêtement. Il faudra donc effectuer un nettoyage sous pression pour ôter les particules qui se détachent.

  • Enlever les lichens et les mousses

Il est difficile de posséder une façade qui n’est pas attaquée par ces végétaux, surtout lorsque vous habitez dans une zone fortement humide. La solution pour se débarrasser d’eux consiste à se servir d’un nettoyage sous pression. Il faudra ensuite passer sur la façade, à l’aide d’un rouleau, une solution curative. Elle se chargera de détruire les organismes invisibles, mais responsables de leur prolifération.

  • Nettoyer les saletés présentes sur le mur

Il s’agit généralement des taches causées par la pollution, la rouille ou la carbonisation du béton. La solution la plus simple consiste à procéder à un nettoyage avec de l’eau et du détergent projetés sous pression. La surface sera ensuite rincée à l’eau.

  • Boucher les fissures

Si votre façade présente des fissures d’une épaisseur inférieure à 2 mm, vous pourrez la reboucher tout seul avec du ciment, puis procéder à l’application d’un revêtement imperméabilisant. Au-delà de cette dimension, il est impératif de faire appel à un maçon qui saura accomplir cette tâche dans les règles de l’art.

 

Deuxième étape : choisir la peinture à appliquer

Rénover sa façade consiste également à la remettre à neuf, et il faudra pour y arriver passer une nouvelle couche de peinture. Le produit recommandé dans ce cas est une peinture à film mince qui sera appliqué à l’aide d’un rouleau, d’un pistolet ou avec une brosse. Quatre types de finition mince sont présents dans le commerce. Il s’agit des siloxanes, des acryliques, des pliotites et des silicates. Lorsque le choix est fait, il est important de vérifier la qualité du revêtement en place. Si celui-ci est détérioré, vous aurez besoin de l’application d’un fixateur avant le passage de la peinture.

 

Troisième étape : appliquer votre enduit

Il existe deux types d’enduits généralement utilisés pour recouvrir les façades : le monocouche et le traditionnel.

  • L’enduit traditionnel est constitué de chaux hydraulique et de sable régionaux. Il est préparé in situ à l’aide d’une bétonnière et est appliqué en deux couches successives. Il permet d’uniformiser la planéité du mur ;
  • L’enduit monocouche est constitué de ciment et de chaux et est utilisé pour recouvrir les murs en brique. Il est appliqué à l’aide d’une taloche et est généralement destiné aux murs sans défaut.

 

Rappel de la loi

Avant de se lancer dans cette opération, il est recommandé de consulter les plans d’urbanisme disponibles à la mairie. Il est aussi important de déclarer ces travaux avant leur mise en marche sous peine d’une entorse à la loi.

Comment bien installer une pompe à chaleur ?

Pour garantir les meilleures conditions d’habitation d’une maison ou d’un appartement, il est nécessaire de s’assurer de la qualité de l’air ambiant. Il a été inventé une machine (pompe à chaleur) qui, par un système de compression, aspire la chaleur contenue dans l’air extérieur (même pendant les périodes hivernales) pour réchauffer l’intérieur. Elle fonctionne uniquement à l’électricité, et le mécanisme de son système permet de réduire la consommation énergétique par rapport à d’autres appareils comme le convecteur électrique.

installation pompe a chaleur

La pompe à chaleur (PAC) reste ainsi la solution durable pour faire des économies d’énergie et préserver l’environnement. Elle se décline en plusieurs modèles. Une fois le choix du modèle fait, il faut procéder à son installation. L’installation d’une telle machine nécessite une certaine connaissance dans le domaine. Si vous n’êtes pas un bricoleur averti ou expérimenté, il est préférable de faire recours aux compétences d’un professionnel pour l’installation de la pompe à chaleur.

Les différentes catégories de pompe à chaleur

En fonction de vos besoins, il existe différentes catégories de pompe à chaleur :

  • La pompe à chaleur géothermique : son installation doit être faite dans un lieu assez spacieux (jardin, cour, etc.) et dans une position verticale ou horizontale. Cette catégorie de pompe à chaleur récupère la chaleur de la terre pour améliorer (refroidir ou réchauffer) la qualité de l’air ambiant dans la maison ;
  • La pompe à chaleur air/air : son principe de fonctionnement est le même que celui du climatiseur. Il possède la faculté de passer aisément du chaud au froid. En revanche, lorsqu’il est installé à l’extérieur de la maison, le gel pourrait lui être nuisible ;
  • La pompe à chaleur à eau : elle est encore appelée thermopompe géothermique. Cette pompe à chaleur récupère la chaleur contenue dans l’eau d’une source ou d’un puits. Cependant, son installation doit être conforme aux dispositions légales et techniques.

installer une pompe a chaleur

Installation de la pompe à chaleur : un outil de préservation de l’environnement

De par son fonctionnement, la pompe à chaleur transforme sans cesse l’énergie (chaleur) qu’elle récupère dans les différents éléments de la nature (eau, air, terre) pour réchauffer ou refroidir votre maison. Ainsi, il s’agit de sources naturelles inépuisables qui préservent l’environnement par rapport aux énergies fossiles qui le polluent. L’installation de la pompe à chaleur doit respecter certaines normes.

Installation de la pompe à chaleur : les conditions à remplir

Une bonne installation de la pompe à chaleur doit répondre à certaines contraintes. Le respect de ces contraintes est une garantie de la performance de la machine. Il y a :

  • L’emplacement : il joue un rôle important dans la performance de la pompe à chaleur. Il ne doit pas être loin de la source d’alimentation (eau, air, terre) ;
  • Un espace de sécurité : il s’agit de la distance qui doit séparer la machine du mur. En effet, cet espace permettra à l’air de circuler librement et de favoriser le nettoyage ou l’entretien de la pompe à chaleur.

L’installation de la pompe à chaleur peut être faite par soi-même si l’on a des connaissances dans le domaine. Dans le cas contraire, il est recommandé de faire appel à un spécialiste. L’intervention de ce dernier a un coût.

À quel coût se fait l’installation d’une pompe à chaleur ?

Le coût de l’intervention d’un professionnel pour l’installation de la pompe à chaleur est fonction de la catégorie de pompe. Il faut remarquer que certains commerçants intègrent dans le coût d’achat de la pompe les frais d’installation si celui-ci est compris entre 10.000 et 20.000 €. Le coût de la facturation du spécialiste varie entre 500 € et 6.000 € en fonction du type de pompe acheté. Ce montant peut augmenter si la pompe à chaleur a une plus grande puissance.

Comment peindre sur du carrelage ?

Le carrelage de votre salle de bain et de votre cuisine a perdu son éclat ? Vous estimez qu’il n’est plus au goût du jour ? Si vous avez un budget serré pour engager des artisans professionnels, il est tout à fait possible de réaliser vous-même les travaux. La peinture du carrelage compte d’ailleurs parmi les tâches accessibles à tous, et peut aussi s’avérer amusante. Suivez ces conseils pour que les résultats soient parfaits.

Quelle peinture choisir ?

Avant de vous précipiter à passer quelques coups de pinceau sur le carrelage de votre cuisine ou de votre salle de bain, il est conseillé que vous choisissiez avec soin la peinture. Contrairement aux autres lieux de vie, l’eau est omniprésente dans la salle de bain et la cuisine. Il est donc primordial que le produit que vous choisissez résiste à l’humidité.

Pour repeindre le carrelage de votre salle de bain, vous avez le choix entre :

  • une peinture spéciale carrelage ;
  • le béton ciré ;
  • la peinture acrylique.

Pour la cuisine, il est indispensable que la peinture du carrelage arrive à supporter les effets des produits détergents. Le plan de travail ou le revêtement mural de la cuisine n’échappe pas en effet aux éclaboussures d’huile de cuisson.

Sachez que les gammes de peinture pour carrelage ont besoin de l’application d’une sous-couche pour s’adhérer parfaitement sur le carrelage. Si vous ne réalisez pas cette étape, la peinture risque de s’écailler ou de s’estomper plus facilement.

 

Peinture du carrelage : quels matériels ?

Rassemblez tous les matériels dont vous aurez besoin avant de passer à la peinture proprement dite. Pour cela, faites un tour dans un magasin de bricolage pour acquérir :

  • une brosse à peindre ;
  • un pinceau fin ;
  • un rouleau ;
  • des gants ;
  • un ruban adhésif ;
  • une éponge ;
  • une sous-couche…

Prévoyez un budget de 50 € au maximum pour l’achat de tous ces matériels. Cette somme d’argent n’inclut pas l’achat de la peinture. Pour évaluer le prix de la peinture, vous devez prendre en considération la surface à repeindre.

 

Quelles sont les étapes à suivre pour peindre sur du carrelage ?

Les techniques sont relativement les mêmes, quel que soit le type de carrelage.

La préparation de la surface à peindre

Commencez par nettoyer avec de l’eau savonneuse toute la surface que vous envisagez repeindre :

  • Prenez un seau, ajoutez-y un litre d’eau, puis mélangez avec du savon liquide ;
  • Frottez le carrelage avec une éponge afin d’enlever les traces d’impureté ;
  • Rincez abondamment avec de l’eau claire toute la surface nettoyée ;
  • Nettoyez avec un chiffon imbibé d’alcool les taches de graisse qui se sont incrustées sur le carrelage.

Vous devez aussi poncer le carrelage pour que la zone à repeindre soit lisse. Vous pouvez utiliser du papier verre ou une ponceuse électrique pour réaliser cette tâche. Lorsque le carrelage est prêt pour la peinture, protégez avec du papier adhésif tous les recoins que vous n’envisagez pas de repeindre et couvrez le sol avec du papier journal.

La peinture et la finition

Suivez ces étapes pour réussir la peinture du carrelage de votre cuisine ou de votre salle de bain :

  • Appliquez dans un premier temps une sous-couche sur le carrelage ;
  • Laissez sécher avant de repeindre toute la surface avec la peinture de votre choix ;
  • Peignez le carrelage avec un rouleau ;
  • Prenez un pinceau fin pour peindre les angles ;
  • Lorsque la peinture est sèche, passez quelques coups de pinceaux sur les joints de carrelage.

La peinture de carrelage est facile à réaliser, mais pour que le mur de votre cuisine ou de votre salle de bain préserve son éclat de jeunesse pendant des années, il est primordial de bien respecter les techniques de peinture de carrelage.

Comment choisir un receveur de douche ?

Pour que l’installation d’une salle d’eau soit réussie, il est indispensable de choisir de manière judicieuse le receveur de douche. Si vous souhaitez construire une salle d’eau ou alors rénover celle dont vous disposez, l’idéal est de prendre le temps de consulter les matériaux les plus prisés ainsi que les dernières technologies en vogue afin de pouvoir disposer du receveur de douche idéal. Pour un choix adapté de ce dernier, parcourez toutes les informations ci-dessous.

receveur de douche

Les différents types de receveurs de douche

Le choix d’un modèle de receveur de douche dépend le plus souvent du type d’évacuation qui est mis en place et de l’ampleur des travaux que sa pose requiert. Ainsi, plus son installation est affleurante et plus sont contraignantes les conditions techniques de mise en place. Durant l’achat d’un receveur de douche, vous aurez notamment le choix entre les modèles ci-après :

  • Les receveurs surélevés ;
  • Les receveurs à poser ;
  • Les receveurs à encastrer ;
  • Les receveurs à carreler.

Les receveurs surélevés dont la pose est facile et rapide nécessitent la mise en place d’un siphon qui assure une évacuation horizontale. Pour accéder à ce type de receveur, il faut prévoir une marche dont la hauteur excède 5 cm. L’installation des receveurs à poser est elle aussi simple et rapide, même si elle requiert une surface plane en polystyrène ou en parpaing. L’installation des receveurs à encastrer est beaucoup plus contraignante puisqu’il faut au préalable poser un siphon d’évacuation. Les receveurs à carreler permettent quant à eux d’avoir un accès de plain-pied à la douche. Ce modèle de receveur d’eau qui est souvent confondu au carrelage rend plus aisée la mise en place d’une douche italienne. En fonction de vos exigences et de vos besoins, vous pouvez en outre opter pour un receveur de douche conçu à partir de matériaux tels que l’acrylique, la céramique ou la résine.

Les différentes formes de receveurs de douche disponibles sur le marché

Durant l’acquisition du receveur de douche, vous pouvez opter pour des modèles qui affichent une forme carrée, en quart de cercle ou rectangulaire. À la fois peu encombrante et pratique, la forme carrée est très courante, et sa taille varie le plus souvent entre 70 x 70 cm et 120 x 120 cm. La forme rectangulaire est à privilégier si vous disposez d’un espace considérable dans votre salle de bain. Tout en maximisant le plus possible l’espace, les receveurs rectangulaires permettent de bénéficier du confort qu’offre une douche spacieuse. Le receveur de douche en quart de cercle est quant à lui adapté aux salles de bain un peu exiguës. Le bac de douche étant en quart de cercle, il allie à la fois aisance dans la douche et gain de place.

L’importance des pieds d’un receveur de douche

Pour réussir la pose d’un bac de douche, il est recommandé de mettre également en place des pieds de receveur de douche afin de pouvoir ajuster au mieux le niveau dudit bac. Le plus souvent, la hauteur d’un pied de receveur varie entre 90 et 120 mm. Pour assurer l’équilibre du bac de douche sur un sol qui présente des irrégularités, il faut prendre en compte sa taille afin de déterminer plus efficacement le nombre de pieds à installer. La répartition du poids total du receveur de douche doit bien évidemment être la même sur tous les pieds qui sont installés. En fonction du réglage que vous effectuez, vous pouvez par ailleurs obtenir un niveau ou alors une pente. Cette dernière pourra alors favoriser l’écoulement de l’eau. À la fin de leur mise en place, les pieds devront en outre être dissimulés par un tablier.